La Rose Blanche : de l’extrême-droite à l’agonie populaire