Se rebeller pour le vivant

Photo prise à Marseille lors de l’acte 32

Face à une urgence mondiale sans précédent le mouvement Extinction Rébellion, écologiste et radical se mobilise pour mener des actions dites non-violentes inspirées de la désobéissance civile. Ce mouvement, né en 2018 au Royaume-Uni, s’est propagé très vite dans le monde. En France, selon son site internet, on dénombre déjà plus de 4 000 activistes, décidés à mener des actions directes pour agir sur le local et changer global.

Des petits comités ont été créés en France. A Montpellier leur dernière action de désobéissance civile s’affiche sur l’arrêt du tram près de la Gare.

« Extinction Rébellion Montpellier a souhaité, avec cette action de désobéissance civile non-violente, donner un coup de main à la Métropole en leur suggérant cette prise de position audacieuse et lucide. »

 

Des activistes ont remplacé une banale affiche par une fausse communication institutionnelle, imaginant un futur proche, dans lequel face aux dérèglements climatiques, Montpellier décrèterait l’état d’urgence. Cette action était accompagnée par un communiqué de presse partagé via Facebook.

Pour les activistes d’Extinction Rebellion, les gouvernements emprisonnent les populations dans un cercle vicieux ; capitalisme et libéralisme finissent toujours par privilégier les intérêts de l’argent, qui conduisent les sociétés à leur effondrement et l’Humanité à son extinction.

Les exigences d’Extinction Rebellion sont claires :

  1. “La reconnaissance de la gravité et de l’urgence des crises écologiques actuelles et une communication honnête sur le sujet.
  2. La réduction immédiate des émissions de gaz à effet de serre pour atteindre la neutralité carbone en 2025, grâce à une réduction de la consommation et une descente énergétique planifiée.
  3. L’arrêt immédiat de la destruction des écosystèmes océaniques et terrestres, à l’origine d’une extinction massive du monde vivant.
  4. La création d’une assemblée citoyenne chargée de décider des mesures à mettre en place pour atteindre ces objectifs et garante d’une transition juste et équitable.”

 

Partager