Dupont de Ligonnès : le crash de la presse française

Hier soir, explosion dans un monde médiatique qui ne dort plus, on annonçait l’arrestation de Xavier Dupont de Ligonnès, présumé auteur de l’assassinat de toute sa famille en 2011, et dont on n’a jamais retrouvé la trace depuis. Florilège d’abord dans la presse en ligne, qui n’a souvent pas fait l’économie des précautions d’usage sur la véracité d’une information non confirmée (des enquêteurs français partaient pour l’Ecosse effectuer des relevés d’empreintes sur l’homme arrêté).

Hors, ce matin, coup de théâtre ! L’homme arrêté ne serait en rien le fugitif recherché, mais un paisible retraité résidant Limay (Yvelines) et faisant très régulièrement l’aller-retour en Ecosse pour retrouver son épouse… comme l’a appris à FranceInfo un voisin, qui le connait depuis trente ans. Conséquemment, les analyses ADN finissent par tomber : l’homme n’est pas Xavier Dupont de Ligonnès. Nous ne reviendrons pas sur l’erreur d’identification (c’est une source qui aurait “dénoncé” le fugitif) qui a amené la police à faire interpeller en Ecosse un homme innocent.

La presse en ligne aux abois

Xavier Dupont de Ligonnès aurait de nombreuses fois été “aperçu” selon des témoignages parvenus à la police, mais tous se montrés infructueux. L’avocat de la famille avait même prévenu de son scepticisme lors de l’annonce de l’arrestation. Mais pour la presse quotidienne régionale française, c’est trop tard, le mal est fait. Revenons sur la trajectoire de cette information qui a fait… flop.

On peut piocher un peu au hasard dans la presse quotidienne régionale et la presse en ligne pour tomber sur ces informations fort affirmatives, reprises par tous à l’unisson. Entre la révélation de l’information, et son infirmation, se sont écoulées près de quatorze heures. Plus loin, le Dauphiné nous apprend que l’information viendrait… du Parisien.

On constate donc sur le site du Parisien que l’affirmatif a bien été utilisé dans le traitement de cette information. Une dépêche de l’AFP met ensuite le feu aux poudres. On peut constater que le traitement de l’information par la célèbre agence de presse est en tous points différents que celui utilisé par la presse en ligne. L’information y est beaucoup plus conditionnelle et précise sur quels types de sources elle repose.

Nombreux sites d’informations déclenchent alors un live afin de fournir les informations aux compte-gouttes que leurs limiers s’acharnent à récupérer. On apprend donc la nouvelle identité supposée de Xavier Dupont de Ligonnès, que nous ne dévoilerons pas ici, contrairement à l’éthique suivie par la majorité de la presse en ligne. Identité qui est donc celle du pauvre homme, de 70 ans (Dupont de Ligonnès en a 58) arrêté pour rien. Dès le milieu de la nuit, une nuée de journalistes entourait la maison de celui-ci, alors qu’une perquisition allait se dérouler. Les voisins ont été interrogés par la presse, livrant leur stupéfaction. Les informations tombent… les unes après les autres, et on les relaie sans précaution. Même Médiapart, qui a dépublié son article, tombe dans le panneau. On apprend donc que l’homme serait méconnaissable (et pour cause!), aurait eu recours à la chirurgie esthétique, volé un passeport en 2014…

Face à l’information qui commence de plus en plus à faire le buzz, de nombreux quotidiens changent au dernier moment la Une du lendemain. Un petit montage, qui circule sur Facebook, recense avec malices certaines de celles-ci.

Or comme nous l’avons vu, ce matin même, l’information est finalement démentie. Aïe, aïe, aïe ! On dépublie, on corrige, vite vite, on sauve ce qui peut encore l’être sur les sites internets. On rectifie l’information dans les lives qui n’ont pas cessé de tourner dans la nuit. Le Parisien laisse son article initial tel quel par “souci de transparence“. Cela aurait été la moindre des choses pour le reste des media qui se sont empressés d’effacer leur bévue et de cacher leur fébrilité. Et l’occasion d’une prise de recul salutaire sur le traitement de l’information à l’heure d’internet.

Sur la piste… d’une gigantesque blague

On peut peut être trouver une explication rationnelle à tout ceci. Les massmedia d’aujourd’hui, la presse quotidienne régionale en lutte pour sa survie, les chaines de télévision, ont des modèles de rentabilité qui ne peuvent faire l’économie du buzz. C’est pourquoi ils s’abreuvent tous dans le même baquet, auprès de l’AFP afin de fournir une information généraliste stéréotypée mais dont le contenu et son partage sur les réseaux sociaux favorisent leur survie, par une diffusion continue et des affichages publicitaires rémunérateurs. Mais peut être que le seul moyen de rendre cette information rentable est de la rendre cliquable avant tout… D’où l’intérêt de la réduire à ses aspects les plus choquants et réducteurs.

L’arrestation de Ligonnès constituait là une affaire en or, à ne pas manquer, tant elle a fasciné depuis 2011 la France, entre dégoût et incompréhension pour l’acte supposé de cet homme. Tous les media se sont donc engouffrés dans la brèche ouverte par l’AFP, qui a pourtant fourni une information découlant directement de la police.

Le 10 octobre 2019, veille de toutes ces déconvenues, était publié sur le forum du site jeuxvideo.com, un message comme il y en a des milliers sur tous types de forums, annonçant prévoir un événement qui va se produire dans l’avenir. Or, celui ci prévoyait l’arrestation de… Xavier Dupont de Ligonnès pour des temps très prochains, suscitant l’incrédulité des internautes de cette communauté connue pour son humour très particulier. Quand l’information tombe finalement, la surprise est immense sur le thread où 136 pages de conversation s’enchaînent.

Partant de là, ne pourrions-nous pas supposer que les media français, l’AFP, la police, et l’homme injustement arrêté, ont été les victimes d’un de ces canulars que l’on commence à voir fleurir avec l’ère d’internet ? L’AFP précise que l’identification de l’homme viendrait d’une source anonyme. On sait que certains représentants de la communauté des geeks ont une tendance à faire des “blagues” plutôt potaches, comme le swating, qui consiste à déclencher une fausse alerte pour faire intervenir des forces policières chez quelqu’un.

On pourrait donc là être face à une énorme “blague”, qui va assurément graver son auteur dans le marbre du forum jeuxvideo.com, qui n’en voit pas là un premier coup d’essai. A moins que ce ne soit la vision d’un véritable oracle des temps modernes… La publication n’a assurément pas été éditée

Partager