Grenades GMD, comment la police a violé la Loi lors de l’acte 53 des GJ à Paris

Une vidéo réalisée par notre collaborateur Ricardo Parreira lors de l’acte 53 des Gilets Jaunes à Paris, montre comment lors d’une charge, des policiers ont fait un usage massif (plus d’une dizaines) de grenades GMD de désencerclement, parfois de manière illégale (en cloche ou sans visibilité). Lancer en hauteur ce type de grenades, qui explosent au bout de seulement 1,5 seconde, est extrêmement dangereux, puisque cela peut conduire à de graves mutilations notamment à hauteur de visage, pour les manifestants.

A Montpellier, le jeune Dylan avait perdu l’usage de son oeil suite à un lancer sans visibilité de ce même type de grenade, alors que le tir n’était pas même en cloche. Lors de l’anniversaire des Gilets Jaunes à Paris, il apparaît que l’usage des grenades GMD a clairement été débridé et hors de tout encadrement : les policiers n’étaient pas encerclés, puisqu’ils encerclaient eux même l’intégralité de la place par une énorme nasse, et la noyaient régulièrement dans les gaz. On peut également questionner la proportionnalité d’une telle réponse face à des manifestants qui, s’ils sont hostiles, ne disposent clairement pas des mêmes moyens de coercition ou de protection…

 

Partager