#BLOCKFRIDAY – Blocage du Zara d’Odysseum à Montpellier par XR

Une cinquantaine de militants du mouvement écologiste Extinction Rebellion (XR), soutenus par plusieurs associations et organisations (Youth for Climate, ANV Cop21, les Désobéissants, iBoycott, et des Gilets Jaunes) se sont donnés rendez-vous ce vendredi 29 novembre pour une action de blocage du magasin Zara du centre commercial Odysseum à Montpellier. Cette action s’inscrivait dans la vague du #BLOCKFRIDAY, événement international qui se voulait lutter contre la surproduction et répondre à la grand-messe de la consommation que représente le Black Friday.

Dès le matin, une première action de sensibilisation avait eu lieu dans le centre commercial. Des militants ont discrètement glissé dans des vêtements plus de 5000 papiers portant des messages dénonçant le gouffre écologique que représente la surproduction industrielle pour la planète, et notamment l’industrie textile qui abuse de produits chimiques et de ressources en eau. Zara, choisi pour le blocage, est régulièrement accusé de surproduire dans un but purement mercantile, en tant que porte-étendard de la Fast Fashion.

Si ailleurs en France, les actions portées par les militants de divers groupes et mouvements ont pu subir une forme de répression policière (blocage du dépôt d’Amazon à Lyon, ou des galeries Lafayette à Rennes), à Montpellier, l’action, qui s’est déroulée plus tardivement, a pu se tenir dans le calme et aboutir à la fermeture du magasin entre 17h30 et 20h.

Un discours dénonçant la surproduction des multinationales, qui mène à la surconsommation, à l’épuisement des ressources de notre planète, à la pollution et à l’exploitation humaine dans les pays en voie de développement, a été tenu à deux reprises par une militante. Une vision d’ensemble, car il était également prévu initialement de bloquer le magasin Darty attenant, pour dénoncer les mêmes problématiques que l’on retrouve dans l’industrie technologique et numérique, où l’obsolescence programmée est de mise depuis de nombreuses années.

Les réactions des badauds et consommateurs qui se pressaient encore pour faire leurs achats en vue des fêtes de fin d’année ont été très contrastées. Si certains semblaient soutenir et comprendre l’action, tout en pointant du doigt le paradoxe qui nous lie tous en tant que consommateurs, d’autres ont fait part de leur mécontentement et parfois de leur colère de ne pouvoir accéder au magasin. Toutefois, l’action semble avoir été une réussite, tant par la perte financière qu’elle a pu provoquer par deux heures et demi de fermeture du magasin, que par l’opération de sensibilisation qu’elle a représenté.

 

Partager