La coordination 1ers secours publie son bilan des manifestations du 5 décembre

La coordination 1ers secours vient de rendre public son bilan des blessés et pris en charge par les équipes de street-médics faisant partie du réseau, lors des manifestations contre la réforme des retraites du 5 décembre 2019, dans les villes de Paris, Toulouse, Lyon et Marseille.

Celui-ci n’est bien sur que très loin d’être exhaustif puisqu’il recense les observations de 24 collectifs de médics ou d’indépendants, et ne couvre bien sûr pas l’étendue du territoire et des manifestations. Pour autant, il recense tout de même 175 blessés nécessitant une prise en charge par des médics, parmi lesquels on retrouve 32 traumatismes à la tête (dont plusieurs oculaires), 2 traumatismes génitaux, et 13 cas nécessitant une évacuation vers les urgences. Au moins 2049 personnes ont été prises en charge pour être traitées contre les gaz lacrymogènes.

Parmi ces victimes, le rapport dénombre au moins une femme enceinte, trois mineurs, une personne âgée, six passants, six street-médics et neuf journalistes. On sait par ailleurs, grâce à un communiqué publié par le collectif REC – Reporters en colère, que 25 journalistes en tout auraient subi des violences policières lors de ces manifestations du 5 décembre.

Le rapport de la coordination revient également sur les nombreuses entraves subies par les street-médics dans l’exercice de leurs actions de premiers secours ou en marge de manifestations. Violences sur des soins en cours, entraves à la circulation, refus d’extraire un blessé, ou saisie de matériel font partie des cas cités.

À ce jour, la Coordination a, depuis le 16 Mars 2019 (soit 18 semaines après le début du mouvement des Gilets Jaunes), recensé 2.044 victimes des violences policières prises en charge et près de 21.034 victimes des gaz lacrymogènes décontaminées par les équipes de street médics et secouristes volontaires.

Vous pouvez retrouver l’intégralité du rapport ci-dessous :

 

Partager