Réquisition d’un bâtiment pour reloger des demandeurs d’asile

Des militants ont récemment réquisitionné un bâtiment, rue Balard à Montpellier, pour permettre le relogement de familles et de demandeurs d’asile, avec ou sans papiers, en provenance du Centre Social Autogéré Bonnard, désormais expulsable.

C’est la maison aux trompe-l’oeil bordant le Parc Clémenceau, inoccupée, qui a été choisie. Les militants ont eu un premier contact avec des personnes en lien avec le propriétaire et s’attendent à recevoir la visite de la police dans la journée. Mais comme ils occupent le bâtiment depuis plus de 48h, seule une décision de justice peut désormais rendre effective une expulsion.

Rappelons qu’à Montpellier comme ailleurs, les demandeurs d’asile et sans-papiers doivent subir un véritable parcours du combattant dès leur arrivée en France, afin d’obtenir des papiers (temporaires ou non) tout en tâchant d’éviter leur expulsion du territoire (voir notre article : Rétention illégale et expulsions de demandeurs d’asile géorgiens).

De plus, il y aurait plus de 4000 personnes sans abri ou sans accès régulier à un logement à Montpellier, pour près de 13000 logements vacants sur la métropole, rappelle le collectif DAL (Droit au logement, voir notre article : A Montpellier comme ailleurs, la précarité tue). En France, on dénombrerait près de 200000 personnes sans domicile fixe, pour 2,3 millions de logements vides.

Partager