Coups de matraque & spray : des violences policières gratuites ?

Attachés aux principes démocratiques et à la déclaration des droits de l’homme, au journalisme indépendant et aux libertés qui nous définissent en tant qu’acteurs du monde social, il est important de continuer à dénoncer la réalité des violences policières.

Lorsqu’on est sur le terrain, on se rend compte que bien souvent les policiers ignorent la loi. Leurs graves lacunes, peut-être dues au manque de formation, sont justifiées par l’IGPN et l’IGGN comme “a culpa castas – exempts de faute”, de pures fatalités inhérentes à la complexité des situations au cours de leur travail. La population, victime de la violence d’État angoisse.

En France, la loi s’exprime sur deux mesures: la violence des maillons les plus faibles de la population “condamnable”, et la “violence légitime” de la police, “protégée et invisiblisée” par la violence institutionnelle et “non condamnable”. Plusieurs événements en 2019 ont montré que la police se définit au-dessus de la loi, et la vox populi se demande “qui sont vraiment les criminels”.

Depuis plusieurs mois, nous abordons la question de la violence policière dans différents domaines. Nous avons commencé ainsi à la disséquer dans un article très fourni “Police et numérique : dérives à mots couverts pendant les manifestations des Gilets Jaunes”, où nous mettions en perspective l’utilisation de smartphones personnels non-homologués par les services de police, et leur usage par des agents en service (maintien de l’ordre) pour filmer et photographier les manifestants, vidéastes, journalistes, etc. Usage qui pose beaucoup de questions sur la possible création des fichiers de police.

        

Dans un deuxième article ,“Le maintien de l’ordre à la française : LBD40, offensive sur le mouvement social”, nous sommes allés en Suisse chez le producteur du LBD40, pour mieux comprendre cette arme de guerre qui est utilisée massivement par la police dans le cadre du maintien de l’ordre public.

Nous avons également publié plusieurs portfolios, dont “Maintien de l’ordre, le délire autoritaire de Macron” à travers lesquels nous essayons de capter “des moments” montrant comment certains policiers se comportent dans les manifestations.

 

Au-delà des enquêtes sur les armes de guerre utilisées par la police, nous avons fait un article qui démantèle la fausse logique policière et le refus d’utilisation du R.I.O. Comme nous le savons, la police est armée de diverses armes qui sont utilisées en fonction de leurs activités sur le terrain. Le LBD40, le lanceur Cougar, les grenades GLI-F4 (désormais en rupture de stock), GM2-L, GMD, CS, etc. La mauvaise utilisation de ces armes ont fait des blessés extrêmement graves ces dernières années, principalement lors des manifestations des Gilets Jaunes. En rapport à ceux-ci, le travail des journalistes a fourni plus de précisions et de réponses que celui de l’IGPN ou de l’IGGN. Comme cette exemplaire vidéo du Monde :

Ou notre vidéo analyse d’une blessure à la tête par tir tendu de grenade lacrymogène au lanceur multicoups Penn Arms.

Le bâton de défense Tonfa régulièrement utilisé comme matraque est une arme de police très dangereuse. Souvent negligé par les media et surtout par l’IGPN, aujourd’hui, ce dit bâton de “défense” sert plutôt à attaquer et frapper les gens. Il est devenu l’incarnation de l’action paternaliste, voir éducative de la Macronie. Cette violence “quotidienne” ou “violence dans la société” selon Macron, commence par coups-de-poing à “gants renforcés” et finit par coups de matraque à la tête, tout cela au service de la dignité de la République et du maintien de l’ordre public.


La BAC à Montpellier.

Dans le rapport de la CNDS (Commission nationale de déontologie de la sécurité) datant de 2009, le rapporteur est clair sur l’utilisation de cette arme:

Classés parmi les armes de 6ème catégorie, les bâtons sont des « armes de défense et de dissuasion » ; leur utilisation comme « matraque » est donc interdite. Leur emploi est justifié dans le cadre du flagrant délit, de l’état de nécessité, de la légitime défense des personnes et, sur ordre de la loi et sur commandement de l’autorité légitime, dans le cadre du maintien et rétablissement de l’ordre public. L’habilitation au port des bâtons fait l’objet d’un stage de formation d’une durée de trente heures, réparties sur cinq jours. Une fois les fonctionnaires habilités, ceux-ci ont pour obligation de maintenir leurs acquis techniques au maniement des bâtons par un entraînement régulier : l’habilitation est soumise à une validation tous les deux ans sur la base d’une journée de six heures.

La liste de personnes blessées gravement au corps est énorme, et seulement une partie des cas sont connus publiquement. Le pire est que cette mauvaise pratique continue à se propager chez la police sans qu’aucune sanction ne soit appliquée jusqu’à aujourd’hui, ce qui démontre encore une fois, que le travail de l’IGPN est insuffisant et surtout dépourvu d’indépendance. Les vidéos suivantes se sont passées à Montpellier, où une des victimes récemment a décidé de porter plainte pour “violence volontaire par personne dépositaire de l’autorité publique”.

(utilisez l’option vitesse pour les visionner au ralenti)

 

 

Sur les aérosols/sprays de défense, la rigueur de la Loi est floue. Les dispositions ne sont pas claires. Les journalistes les plus proches de la police arrivent parfois à arracher quelques mots comme : La hiérarchie rappelait à l’époque le «bon usage» des aérosols et préconisait de ne pas l’utiliser «à moins d’un mètre du visage de l’agresseur». Elle relevait le caractère particulièrement «irritant» des gaz pour les «yeux, [les] voies respiratoires et la peau». Mais sur le terrain, sous pression, les policiers déraillent et les activistes, les personnes handicapées, les enfants, les lycéens, les personnes âgées, tous et toutes sont gazés, symbole de la vraie égalité de la république macronienne. Sur ce sujet, la Commission nationale de déontologie de la sécurité (CNDS) rappelait déjà en 2004 :

les aérosols ne doivent être employés que dans le cadre d’une riposte proportionnée, réalisée avec discernement , particulièrement en milieu fermé, où leur utilisation doit rester très exceptionnelle.Cette instruction souligne également qu’en dehors de l’action propre du gaz incapacitant, les réactions de panique, de stress ou d’anxiété peuvent provoquer une augmentation des effets, notamment en milieu clos, et incite à la plus grande prudence dans l’usage de ce produit à l’égard des personnes dont l’état de santé peut se révéler fragile.

 

Toulouse, 2019.

Le 12 juin 2019, sur Twitter, Castaner fait la propagande de la Loi de programmation: Lutte antiterroriste, ordre public, trafics de stupéfiants, violences gratuites : nous devons nous adapter en permanence à des menaces qui évoluent.” Encore une fois le ministre évoque le concept de “violences gratuites” envers la police. Une vision unilatérale? Une représentation abstraite et déplacée de la réalité? Pour les personnes ayant subi la violence dite “légitime” de l’État, un autre prisme se dévoile, la réalité des violences gratuites envers les manifestants.

Partager