Coronavirus : vers un confinement général de la population ?

Selon des sources provenant du corps médical, Emmanuel Macron s’apprêterait à annoncer ce soir la mise en place d’un confinement général, avec un délai de mise en oeuvre de 24 à 48h, pour lutter contre la propagation de l’épidémie du nouveau coronavirus. Tout déplacement hors du domicile serait alors interdit sinon pour se ravitailler, travailler ou en cas d’urgence, notamment médicale.

L’armée pourrait être mobilisée en renfort pour faire respecter ce couvre-feu général, et contrôler son bon respect par la population, notamment en dressant des amendes à ceux qui ne le respecteraient pas. Seuls les membres du corps médical ou des services indispensables seraient amenés à pouvoir circuler sur le territoire.

Hier, la région Occitanie a connu son premier décès du au Covid-19, une personne âgée de 76 ans qui est décédée à l’hôpital de Carcassonne dans l’Aude. Plus de 250 cas sont confirmés dans la région, dont 99 dans l’Hérault, et 23 personnes sont actuellement en réanimation.

Si en Occitanie, la crise semble médicalement gérée pour l’instant, les médecins craignent l’augmentation exponentielle du nombre de cas (ils ont doublé en moins de 72h) et s’alarment de la gravité de certains cas, y compris chez les jeunes. Pour le moment, l’hôpital public dans la région n’est pas débordé, contrairement au Grand Est, mais les médecins du privé se préparent à prêter main forte au secteur en cas de débordement. Les spécialistes seront priés de passer au télétravail et réquisitionnés sur les urgences.

Selon nos sources, si l’on estime que la mortalité due au virus serait de 2%, il est très possible que la mortalité effective dans cette crise soit plutôt de 6 à 8%, dus au manque de moyens et d’effectifs dans les hôpitaux, qui ne permettraient pas une prise en charge exhaustive de tous les patients malades, et amèneraient donc, comme on l’a vu en Italie, le corps médical à procéder à certains “choix”, pour sauver une personne par exemple plus jeune qu’une autre.

En interne, des professionnels de la santé estiment que 30 millions de Françaises et Français pourraient être contaminés, avec un pic épidémique qui se produira dans 50 jours. Ainsi, le nombre de décès sur le territoire français pourrait se chiffrer entre 200 000 et 500 000, selon l’efficacité de la prise en charge, un chiffre estimé à 9000 pour la région de Montpellier auprès de médecins convoqués en réunion de crise il y a quelques jours.

Quoiqu’il en soit, le coronavirus a d’ores et déjà montré à quel point notre système politico-économique est un colosse aux pieds d’argile. Le CAC40 a chuté de 2500 points en un mois, tandis que l’épidémie est venue parasiter le premier tour des élections municipales, puisque seuls 45% des électeurs en moyenne se sont déplacés. A Montpellier, on pouvait voir ce lundi des files d’attente se former devant les centres commerciaux pour respecter l’arrêté préfectoral interdisant de s’y trouver à plus de cent.

Partager