Marche blanche en mémoire de Mohamed Helmi Gabsi le 20 juin à Béziers

En hommage à Mohamed Helmi Gabsi, qui a perdu la vie lors d’un contrôle policier pour non respect du confinement le 8 avril 2020, une marche blanche aura lieu à Béziers au départ de la sous-préfecture à 15h, ce samedi 20 juin.

L’autopsie a parlé la semaine dernière et révélé que le jeune homme de 33 ans, était décédé par syndrome asphyxique au cours de son interpellation par la police municipale. Cette nouvelle bavure relance le débat sur la brutalité des interventions policières sur certaines populations en France, et notamment celles issues de l’immigration. Et mettent également en lumière la rhétorique agressive et raciste de l’édile biterrois Robert Ménard à travers sa police municipale.

Photo diffusée par un habitant de Béziers sur les réseaux sociaux.

Les derniers éléments de l’enquête sur le décès du biterrois Mohamed Gabsi sont accablants. « Compression cervicale antérieure gauche par une surface large, ayant été prolongée et appuyée à l’origine d’infiltrations musculaires, fracture de la corne thyroïdienne et contusion du nerf vague », détaille le rapport d’autopsie dans ses conclusions. Le texte confirme également la présence d’un « syndrome asphyxique » relate le média local Le d’Oc.

Des conclusions qui rappellent celles concernant la mort d’Adama Traoré, révélées par une nouvelle autopsie indépendante récemment, ou de George Floyd aux États-Unis et qui a relancé mondialement le mouvement #BlackLivesMatter. Elles viennent mettre en cause une pratique d’immobilisation aujourd’hui largement décriée : le plaquage ventral avec clé d’étranglement, consistant à annihiler toute résistance en privant la personne interpellée d’oxygène. Mais plus globalement, la violence tolérée dans ses actes par la police.

Partager