Covid19 : en Occitanie, la situation dépasse le pic de la première vague

L’Agence régionale de santé Occitanie vient de publier son dernier point de situation sur l’épidémie de Covid19 qui connait actuellement sa deuxième vague, dans une France partiellement confinée. L’évolution des chiffres montre pour l’instant une augmentation constante du nombre de cas positifs comme des hospitalisations en réanimation ou en prise en charge simple.

Une situation critique, qui dépasse celle de la première vague

Ainsi, dans la région, le total des hospitalisations en cours pour Covid19 se porte à 1765 (+ 272 en quatre jours), dont 340 en réanimation (+ 40), un seuil qui dépasse déjà celui du plus fort de la première vague au mois d’avril 2020, alors qu’environ un tiers des lits de réanimation de la région étaient occupés par des patients Covid. Ce dernier chiffre n’est cependant pas représentatif de la surcharge que connaissent certains centres hospitaliers qui centralisent l’essentiel des hospitalisations, ni de la charge que fait peser l’épidémie sur le traitement des pathologies communes. 98 personnes supplémentaires ont perdu la vie depuis quatre jours, portant le total dans la région à 1020 décès.

Lire aussi – Deuxième vague et reconfinement : le prix de la médiocrité

L’ARS nous apprend que près de 175000 tests ont été réalisés en région cette dernière semaine, dont 18,7% étaient positifs, soit 3915 cas journaliers en moyenne. L’agence vient aussi dresser un rapide portrait des cas donnant lieu aux formes les plus graves de la maladie : 69% sont des hommes, d’un âge moyen de 66 ans. Les deux tiers des malades ont plus de 65 ans. Dans 98% des cas, leur situation de santé présente des facteurs de risques ou des comorbidités, dont 48% d’obésité, 47% d’hypertension artérielle, et 37% de diabète.

Selon l’ARS, “au niveau régional et tous âges confondus, le nombre de nouvelles hospitalisations et d’admissions dans les services de soins critiques est actuellement en forte augmentation de jour en jour. […] L’évolution de cette situation est très préoccupante pour les prochaines semaines.” Et d’appeler au respect strict d’un confinement, dont les mesures sont loin d’être aussi drastiques que lors de la première vague. Cette deuxième flambée du virus pourrait donc être beaucoup plus dramatique que la première, au vu des chiffres actuels de l’épidémie dans la région et des prévisions de l’Institut Pasteur.

Les hôpitaux publics de la région en forte tension

Selon un document de pilotage de crise daté du 1er novembre et que nous avons pu consulter, 29 établissements de santé sur un total de 74 comprenant les centres hospitaliers publics comme les cliniques privées de premier recours, se déclarent en situation de tension, dont la moitié des centres hospitaliers de la région.

C’est le cas notamment du CHU de Montpellier qui présente 139 hospitalisations pour Covid19 dont 35 cas en réanimation, mais aussi du CHU de Toulouse avec 180 hospitalisations pour 35 en réanimation. Le CHU de Nîmes est quant à lui arrivé à saturation en début de semaine, et 11 patients ont du être transférés vers Toulouse ou la Bretagne selon nos informations. Au 1er novembre, il ne restait plus qu’une dizaine de lits de réanimation disponibles au CHU de Montpellier et quatre au CHU de Nîmes, quatre au CH de Béziers, douze au CH de Perpignan, en dépit des ouvertures de lits opérées depuis la reprise de l’épidémie. Ces chiffres ont naturellement pu évoluer depuis.

Au niveau national, les chiffres ne sont pas moins alarmants. Pour Santé Publique France, 99 départements sont en situation de vulnérabilité très élevée. Sur les sept derniers jours, on dénombre 18000 nouvelles hospitalisations pour Covid19, dont 2716 en réanimation. Le nombre de décès journaliers dépasse les 400 et porte à près de 40000 le total en France depuis le début de l’épidémie.

Carte des personnes actuellement hospitalisées avec diagnostic COVID-19

La Mule a besoin de votre soutien

La Mule du Pape est un média libre et indépendant, financé par ses lectrices et lecteurs. Votre soutien est déterminant pour la poursuite de notre action, totalement bénévole, qui vise à offrir un espace de visibilité aux multiples luttes locales dans la région de Montpellier et à interroger les rapports entre le pouvoir politique et la population.

Face au monopole de groupes de presse détenus par des milliardaires, LMDP défend une information libre, apartisane et engagée, déliée de la question économique. L’accès à notre site est ainsi totalement gratuit et sans publicités.

Je soutiens la Mule par un don ou un abonnement à prix libre !

Partager