La lutte contre la loi Sécurité Globale à Montpellier fait son retour ce samedi 30 janvier

Après le succès de la mobilisation du 16, partie de la Paillade au son de la free-party et malheureusement ternie par l’intervention brutale des forces de l’ordre en fin de manifestation, entraînant quelques échauffourées et interpellations ainsi que la saisie de matériel de sonorisation, la lutte contre la loi Sécurité Globale fait son retour à Montpellier comme ailleurs en France ce samedi 30 janvier.

Lire aussi – Loi sécurité globale : “plus de teufs, moins de keufs” mais toujours la répression

Entre temps, le collectif organisateur, scandalisé par le comportement des forces de l’ordre et la saisie du matériel, a dénoncé une opération de police “en dehors de tout cadre légal” et déposé un recours auprès du procureur de la République. Celui-ci a finalement, selon les mots du collectif Danger Loi Sécurité Global, “désavoué l’action du Préfet de l’Hérault” et ordonné la restitution du matériel.

Alors que la France vit sous couvre-feu et s’apprête à subir un troisième confinement, le gouvernement continue de proposer des mesures liberticides en généralisant le fichage de la population, en déployant massivement la surveillance par drones, en renforçant les pouvoirs de la police municipale et des agents de sécurité privée, ou en réduisant la liberté de la presse et le droit de savoir du citoyen en neutralisant la possibilité de filmer les violences policières. Nous ne voulons pas de cette sécurité globalisée qui entraînera un véritable changement de société.

La manifestation de ce samedi 30 janvier sera donc l’occasion de relancer la mobilisation, qui a besoin de monter en puissance jusqu’à l’examen prochain de la proposition de loi par le Sénat, alors que le gouvernement a cru se tirer de la crise qu’il a lui-même amorcée en annonçant la réécriture – on ne sait trop par quel tour de passe-passe – du très décrié article 24. Celui qui permettra à la police d’interpeller en flagrance quiconque est suspecté de la filmer dans l’intention de lui nuire…

Lire aussi – Réécriture de l’article 24 : l’écran de fumée pour affaiblir la contestation

Le cortège se réunira à 11 heures sur la place des Martyrs de la Résistance, sous les fenêtres de la Préfecture, et se rendra jusque sur le parvis de l’Hôtel de Ville. Le groupe Mauresca Fracàs Dub clôturera la journée par une touche de musique.





La Mule du Pape est un média libre et indépendant, financé par ses lectrices et lecteurs. Votre soutien est déterminant pour la poursuite de notre action, totalement bénévole, qui vise à documenter les multiples luttes locales dans la région de Montpellier - et parfois au-delà - et à interroger les rapports entre le pouvoir politique et la population.

Face au monopole de groupes de presse détenus par des milliardaires, la Mule défend une information libre, apartisane et engagée, déliée de la question économique. L'accès à notre site est ainsi totalement gratuit et sans publicités.

Je soutiens la Mule par un don ou un abonnement à prix libre !
Partager