En piste avec XR Montpellier, 300 mètres de pubs à piétiner

 

« Mesdrames et Mauxsieurs, pour vos hagards et ragaillardis, nous allons aujourd’hui dérouler la plus grande auto-piste de la publi-inciter. Droit de cité dans tous nos esprits. Nous remercions à l’occasion bien chaleureusement notre mai-maire Michaël Delafosse, sans fausse modestie, pour embrelle-enlisement de notre ville dans la publi-inciter. Montpellier, métropole cuturelle, mais de quelle culture ? Vous la voyez parfois, vous la verrez pourtant, vous la verrez partout, la publi-inciter vous attend à tous les arrêts du tram-tram quotidien. »

Mégaphone en main, le M. Loyal avertit les chalands. « Fermeture des musées, artistes muselés, on emmure, on emmurmure la culture, mais si vous voulez encore vous cultiver, une virée en voiture vers le super-hyper-marché. Ouvert à double-tour la tour des vertus, des consomme sans sommation, clusters assurés pour hipsters saturés. Que vaut un Basquiat, un Matisse ou un Picasso alors que les rayons de votre super-hyper de proximité vous font miroiter jolis paquets colorés de basquettes, de saucisses ou cacahuètes. »

Ce jeudi 28 janvier, de 15 à 16 heures, le groupe montpelliérain du mouvement de désobéissance civile Extinction Rébellion (XR) a mené une action de sensibilisation destinée au grand public. De la fontaine des Trois-Grâces au kiosque de l’esplanade Charles-de Gaulle, 188 affiches ont été scotchées au sol pour former ce qui devait être « la plus longue ligne de publicités au monde », comme le dit une militante, toute contente de voir les gens marcher dessus. Performance à battre : 319,5 mètres. Le défi est lancé aux autres groupes locaux d’Extinction Rébellion, et de manière plus large à toutes les associations qui luttent contre l’invasion de la publicité, en ville et ailleurs.

« La publicité a beaucoup de torts, explique Marie. Elle pousse à la surconsommation, ce qui induit une surproduction, ce qui est toxique pour l’environnement, on le sait. On ne peut pas produire des milliards d’objets, notamment le textile, qui sont jetés peu de temps après l’achat. On dénonce aussi la publicité parce qu’elle colonise nos imaginaires, elle nous envoie des messages auxquels on croit. Être obligé de se soumettre, de s’habiller de telle manière, d’aller à tel endroit. Elle renforce les stéréotypes, notamment sexiste. La femme doit être bien faite, avec de belles formes, bien proportionnée… Il n’y a pas de place ni pour les maigres ni pour les gros. La pub n’a que des travers contre lesquels on veut lutter absolument. »

« Ça interpelle les gens, ça les fait réfléchir un peu, ils se posent des questions », apprécie Julie, au contact avec les curieux et ravie de sa première action avec XR. Le but est aussi d’interpeller les politiques, et notamment Michaël Delafosse. «On engage ce travail auprès de la Métropole – parce que c’est la Métropole qui a en main les clés du plan local de la publicité – pour que ça cesse, reprend Marie. On veut moins de publicités, notamment moins de panneaux numériques parce qu’ils sont énormément consommateurs d’énergie. »

Après avoir crié leur signature (« Extinction ? – Rébellion ! »), les XR ont fait un petit débriefing. De la remise en action à l’accueil et l’enthousiasme de nouveaux militants, il n’y avait que des points de satisfaction. Ne manquait qu’un petit peu plus de monde pour sensibiliser encore davantage de passants. Et faire taire M. Loyal. « Donnez-moi du titre, donnez-moi du chiffre, je suis un gouffre et je souffre, je souffre, dites-moi quoi acheter, dites-moi quoi décheter. »

Photographies : Clara Maillé




La Mule du Pape est un média libre et indépendant, financé par ses lectrices et lecteurs. Votre soutien est déterminant pour la poursuite de notre action, totalement bénévole, qui vise à documenter les multiples luttes locales dans la région de Montpellier - et parfois au-delà - et à interroger les rapports entre le pouvoir politique et la population.

Face au monopole de groupes de presse détenus par des milliardaires, la Mule défend une information libre, apartisane et engagée, déliée de la question économique. L'accès à notre site est ainsi totalement gratuit et sans publicités.

Je soutiens la Mule par un don ou un abonnement à prix libre !
Partager