Reinfocovid – quand l’extrême droite s’empare de l’épidémiologie

« À partir du moment où un expert a théorisé une pratique professionnelle, le risque c’est qu’il cherche à faire entrer une situation dans sa théorie. Quand une série de présupposés aliène la liberté de réflexion de l’expert, ce n’est plus de l’expertise. On est dans l’habillage d’une situation. »

Depuis plusieurs mois, que ce soit sur internet ou dans les manifestations, nous avons rencontré des “militants” de Reinfocovid. Nous avons écouté attentivement leurs concepts, leurs idées et leurs théories. Pour comprendre ce que fait ce « collectif de collectifs » qui rassemble des personnalités issues de différentes sphères et domaines de la société, nous avons voulu lancer une enquête.

Semer le confusionnisme, servir l’extrême droite.

Reinfocovid: questionner, comprendre, agir. Facile et simple. Questionner et douter fait partie du processus scientifique en cours pour comprendre la crise du coronavirus.

Les protocoles sont sans doute adaptables et multidirectionnels, mais la science ne se contredit pas, elle établit différents protocoles ou méthodes scientifiques, qui aboutissent à différents résultats vérifiables et reproductibles.

L’affirmation précédente cerne le moment où les mouvements comme Reinfocovid, sèment la graine du doute et du confusionnisme. Un moment déjà trouble où la science est “entre deux états”, la science établie et la science en construction. Mais comment cela peut-il arriver ? Pour pouvoir comprendre la suite, c’est important de contextualiser les mouvements covido-sceptiques, anti-masques, ou encore anti-vaccins covid-19 en France.

Rapidement, le monde est sous le choc.  3 mois seulement “après Wuhan“, le covid-19 se propage déjà dans 90% des pays du monde. Les États-Unis, plongés dans le Trumpisme, accusent les Chinois de la catastrophe, et au lieu de prendre des mesures, s’enferment dans une approche libérale : le monde ne doit pas s’arrêter. Au fur et à mesure que la courbe de cas positifs et de morts monte, les États se divisent et commencent à instaurer des mesures de protection obligatoires. Trump garde son cap, le but est de diviser pour régner, car les élections approchent,  il faut mobiliser les troupes et toucher un maximum d’électeurs. Au-delà des théories conspirationnistes menées par le mouvement Qanon (pro-Trump), le but est de profiter de la crise du covid-19 pour toucher en profondeur la classe populaire. Une stratégie apparait, celle de la banalisation du discours covido-sceptique et anti-masque, au sein des Républicains d’abord, puis de l’extrême droite. Trump, se définit ainsi, au contraire de Biden, comme celui qui défendra la logique libérale. Rapidement, ce mouvement se répand en Allemagne puis en France, promu sur les réseaux sociaux par les mouvements complotistes, intégristes, voire d’extrême droite. Les manifestations covido-sceptiques, anti-masque et anti-vaccin, se multiplient alors en Angleterre, en Suisse, en Allemagne ou en France. ReinfocovidBaslesMasques, Laissonslesprescrire et d’autres, sont la continuité de ce flux complotiste et réactionnaire, incarné par le film HOLD UP conforme aux idées conspirationnistes qui se propagent depuis des mois dans les réseaux d’extrême droite américains.

Le piège, pour celles et ceux qui sont moins informés, réside dans le fait que ces mouvements, souvent, se présentent comme apolitiques et citoyennistes. Ils ne veulent être pliés aux vérités scientifiques, ni aux politiques gouvernementales, mais utilisent les médias ou des plateformes comme Odyssee, et des blogs (comme Breizh-info) et web-tv’s assimilées à l’extrême droite, pour diffuser leur propagande.

Il est important de comprendre qui sont ces médias d’extrême droite et quelle est la partie centrale de leur ligne éditoriale.

Actifs dès les débuts de l’histoire d’Internet, ces sites d’informations et ces blogs, ainsi que des actions diverses telles que des campagnes sur les réseaux sociaux, permettent de contourner les médias de masse afin de diffuser des thématiques classiques de l’extrême droite comme l’opposition à l’immigration, à l’Union européenne, au mariage homosexuel et aux médias et de propager des idées comme le racisme, l’antisémitisme, l’antisionisme, l’islamophobie, l’homophobie, le négationnisme ou le néonazisme.

Que l’extrême droite s’approprie  les théories de l’épidémiologie, le phénomène est connu dans le monde. Il existe aux États-Unis depuis les années 1960 avec le début des discussions scientifiques autour du réchauffement climatique ou des énergies fossiles. En Europe, c’est pour justifier l’utilisation de pesticides ou des OGM. En France, on le retrouve dans le lobby du nucléaire, des néonicotinoïdes, de l’alimentation, etc. Aujourd’hui, avec l’utilisation généralisée d’Internet et des smartphones, le scepticisme des vérités scientifiques acquises est devenu une tendance numérique, non seulement pour détourner l’attention des citoyens des vrais problèmes sociaux, mais aussi pour instaurer le “doute”, et établir des contextes politiques permettant d’injecter dans la société des idéologies politiques libérales, voire d’extrême droite. Par ailleurs, submergés dans un extraordinaire paradoxe, ces personnes dénigrent les acquis ou les études scientifiques qui ne les intéressent pas, et les remplacent par des études scientifiques aléatoires (sans rapport avec le covid-19) pour défendre leur cause.

Le personnage central de Reinfocovid est Dr. Louis Fouché, anesthésiste de profession, et intervenant dans le film complotiste Hold-up pro-Raoult. Mais il se balade également dans les médias d’extrême droite, comme Cnews, TVLibertés ou FranceSoir. Fouché se dit anti-masque et anti-vaccin. Sur le site Reinfocovid, la plupart des vidéos lui donnent la parole. Le “gourou” du mouvement, au-delà des apparentes qualités dans l’expertise anti-masque et anti-vaccin qu’il propose, étale aussi ses qualités journalistiques à travers des entretiens proposés par la chaîne Youtube-Reinfocovid.

Au sujet des nouveaux vaccins à ARN messager, Louis Fouché émet des réserves dans un article publié sur le site Réinfo Covid. “Des journalistes clament à qui veut l’entendre que l’ARNm ne peut pas s’intégrer dans le génome humain. Même si la probabilité apparaît comme faible, elle ne peut pas être exclue en l’état actuel des connaissances”, écrit-il.

Le service de l’AFP factuel a répondu à cette affirmation dans un article publié le 7 décembre : “Les vaccins à ARN utilisent bien l’information génétique, mais ils se basent sur une molécule – l’ARN messager – qui disparaît rapidement et ne peut pas modifier spontanément le génome du patient, composé d’ADN”.

Le site Reinfocovid, produit aussi des articles scientifiques. Il sont selon eux Un éclairage différent et nécessaire”, proposé “par différents membres du collectif, scientifiques, universitaires”. Ceci fait partie de la stratégie la plus spectaculaire, mais aussi de celle qui fait le plus de dégâts. À l’image de la rhétorique Trumpiste, les médias ne disent pas la vérité. Dénigrer les médias comme l’AFP, Libération, Le Monde, ou Mediapart, permet, selon eux, d’apporter la vérité, cachée par les gouvernements. Pour comprendre leur logique, prenons par exemple l’article: Le CO2, poison pour notre santé”. Le Dr. Damien Lafont, Docteur en physique de l’atmosphère explique:

Une étude menée par trois universités américaines (Northwestern University–Chicago, University of Michigan–Ann Arbor, et University of Wisconsin–Madison) publiée en 2019 dans la revue Nature sustainability [1] a montré que la présence de dioxyde de carbone dans l’air que nous respirons peut avoir des conséquences importantes et nocives sur notre santé.

On parle bel et bien d’une triple étude, avec un protocole spécifique pour enquêter sur la qualité de l’air en lien avec la santé, publiées en 2019, sans aucune corrélation avec le virus covid-19 ou l’utilisation de masques. Ce raccourci sera proposé par le Dr. Damien Lafont, dans une manœuvre spectaculaire dite “scientifique”. L’article, qui présente de nombreuses fautes de méthodologie, mélange au bon-gré du docteur plusieurs études sans aucun lien entre elles, mais aussi un “test-mask” mené par le site américain qui diffuse tous types de théories complotistes Highwire. Le résultat est sans doute de l’ordre de la “croyance”. Et c’est ce qui est recherché, car seule une petite partie des lecteurs auront le reflet de vérifier les sources et se rendront compte de l’amalgame.

 

MASK TEST PROVES TOXIC FOR CHILDREN

 

Reinfocovid, et leurs articles, ne représentent qu’une petite partie de ce réseau ordinaire où se propagent des idées complotistes qui circulent sur la toile. Nous parlons des sujets comme la chloroquine, ou le manifeste 4eme voie, souvent relayés par des médias d’extrême droite. Sur les sites web de Reinfocovid, BLM, LLMP, etc, les tendances politiques sont explicitement censurées, car l’idée est de fédérer, mais la politique réside dans les idées, et ces idées politiques se traduisent par des représentants politiques. Dans ce cas incarnés par le Rassemblement National.

LLMP, AIMSIB, 4éme voie, de quoi et de qui parle-t-on ? LLMP, pour “Laissons Les Médecins Prescrire”, est un collectif de médecins qui défend l’idée d’une liberté de prescription totale, pour diffuser le fameux manifeste “4éme voie” ainsi que Reinfocovid. Ils sont accusés de créer un protocole pour le covid19, dit “criminel”. Le Figaro reporte que 11 plaintes sont déjà en cours à l’encontre de ces médecins pour “désinformation”.

À travers les liens présents sur les sites internet, une carte non-exhaustive des collectifs partageant les mêmes idées apparaît. D’autres collectifs comme Bas Les Masques,  BonSens, Enfance et Libertés, montrent la vraie dimension du réseau, mais aussi leur stratégie pour augmenter les “web-clusters” dans la toile. L’idée est de faire converger plusieurs types d’internautes qui ne partagent pas forcément les mêmes idées. Ainsi, les collectifs se relayent dans un “entre soi” les mêmes infos, mais également font de la “pêche” à travers différents dispositifs de propagande : les plateformes sociales, Twitter, Facebook, Instagram, Youtube, des plateformes WebTV/Radio comme FranceSoir, Cnews ou SudRadio.

 

Par exemple: BasLesMasques, au-delà de relayer toute la propagande antérieurement énumérée, produit à l’image de Reinfocovid des articles. Dans l’article “USA : avec ou sans masques, les courbes épidémiques sont les mêmes”, la rédaction de BLM conclut l’inutilité du port des masques en deux paragraphes sans aucune référence et un graphique non sourcé.

 

Le titre n’est qu’une “fakenews” et le graphique est trompeur. Analysons  le graphique de plus près. Il essaie de faire une comparaison des taux d’infections entre les États porteurs de masque et les États ayant refusé le port de masque obligatoire. Le résultat de cette analyse par BLM, s’avère une interprétation tendancieuse. Le graphique lui-même est mensonger, car il ne fait pas allusion à d’autres restrictions, règles de distanciation,  et ne prend pas non plus en compte, que même si le port du masque n’était pas obligatoire, beaucoup de citoyens se sont auto régulés en suivant les consignes sanitaires… Autant de facteurs qui contribuent à la décadence de la courbe.

Puis, au contraire de ce que suggère le titre, il y a bien une différence entre les deux dispositifs. Les “courbes épidémiques” ne sont pas les mêmes. Des dizaines de milliers de personnes en plus sont testées positives dans les États sans “utilisation obligatoire du masque”. L’astuce est visuelle, et elle s’appuie sur la façon de présenter le graphique avec une échelle de valeurs à 10 000 par 100 000. Dans un pays de 328 millions d’habitants, où la santé est privée, qui dispose d’environ 80 000 lits de soins intensifs, pouvoir réduire quelques milliers d’infectés toutes les semaines, fait une certaine différence. Selon les derniers chiffres, 15% sont des infections sévères nécessitant un apport d’oxygène pour la victime et 5% sont des infections graves, qui nécessitent l’utilisation de ventilation automatisée. Les États-Unis comme la Grande-Bretagne, qui ont eu du retard pour appliquer les mesures barrières font partie des pays qui comptent le plus de morts.

Mais d’où vient ce graphique?

Il est en fait issu du site lancé par l’économiste Brian Wesbury, Eagle Scout, qui mesure le “risque financier”. Blogueur et influenceur, il est régulièrement invité chez FoxNews, média pro-Trump, conservateur, et à la réputation d’être le moteur de propagande de l’extrême droite américaine. Il faut savoir que Brian Wesbury est lui-même anti-masque et complotiste, conservateur, au service du monde dit “néo-libéral”. L’association à laquelle Brian Wesbury fait référence dans son tweet, l’AAPS (American Association of Pharmaceutical Scientists), est connue pour défendre des thèses homophobes, misogynes, anti-avortement, etc.

CNews ou Fox News – La chaîne de Vincent Bolloré a annoncé le recrutement d’Eugénie Bastié, journaliste du Figaro et figure médiatique de la pensée catholique conservatrice. Elle rejoint l’équipe déjà bien fournie d’animateurs et éditorialistes réactionnaires de CNews (Éric Zemmour, Pascal Praud, Charlotte d’Ornellas…). Mais que l’on se rassure : Marion Maréchal Le Pen, approchée par la chaîne, « sur les traces de Fox News » selon L’Obs, ne sera finalement pas de l’aventure…

Pour en finir avec le réseau Reinfocovid, évoquons l’association Bon Sens, qui réunit une panoplie de médecins qui cèdent au pur complotisme et font “des débriefings” sur le média d’extrême droite FranceSoir. Ils parlent du rôle du parti communiste chinois dans la crise et les confinements, se demandent si le “consensus scientifique” est réellement établi. On y retrouve des figures comme Christian Perronne, Pascal Sacré, etc.

FranceSoir, le journal sans journalistes, alimenté par des chroniqueurs bénévoles, est devenu l’un des plus puissants relais de la propagande d’extrême droite en France. Comme d’autres médias plus puissants, comme Cnews ou Valeurs ActuellesFranceSoir est aussi à l’épicentre de la propagande covido-sceptique, anti-masque, pro-Raoult, mais aussi du racisme anti-blanc, des anti-PMA, de l’anti-migration, de l’islamophobie, etc.

La manœuvre est insidieuse. Ces liens entre les Reinfocovid, Baslesmasques, BonSens et FranceSoir ou Cnews, ne sont pas le fruit du hasard. L’idée est, à travers les thèmes de société et en l’occurrence la crise du covid-19, d’induire délicatement une ligne idéologique caractérisée politiquement à l’extrême droite.

Quand un visiteur se rend sur FranceSoir à  travers une connexion au sujet de la santé, proposée par  BonSens, site internet auquel il fait confiance ; il va alors avoir toute confiance dans FranceSoir, puisqu’il se trouve dans une logique de confidence. C’est ainsi, que le visiteur qui cherche à s’instruire sur le covid19, se retrouve face à toute une gamme d’idéologies et de propagande extrémiste.






La Mule du Pape est un média libre et indépendant, financé par ses lectrices et lecteurs. Votre soutien est déterminant pour la poursuite de notre action, totalement bénévole, qui vise à documenter les multiples luttes locales dans la région de Montpellier - et parfois au-delà - et à interroger les rapports entre le pouvoir politique et la population.

Face au monopole de groupes de presse détenus par des milliardaires, la Mule défend une information libre, apartisane et engagée, déliée de la question économique. L'accès à notre site est ainsi totalement gratuit et sans publicités.

Je soutiens la Mule par un don ou un abonnement à prix libre !
Partager